Ai Hsu, comptoir taïwano-nippon rue Saint-Sébastien avec bonnes options sans gluten

by

AI HSU 1Bonne année ! Non, je ne vous ai pas oubliés. J’étais juste très occupée à écrire un livre (autour du sans gluten) dont je vous parlerai bientôt. Je reprends donc mes chroniques restaus sur les lieux sans gluten ou gluten friendly de la capitale ! Aujourd’hui, un petit restau ouvert en décembre 2015…

Alors, la voici, la petite adresse qui affole toute la blogosphère foodista ? J’ai nommé Aï Hsu, comptoir fusion taïwano-nippon, rue Saint-Sébastien, petite rue à l’écart de la branchitude hipster du 3e. Mignonne cantine bio à la déco parée de jolis panneaux japonais, façon Tampopo… Deux jeunes femmes officient, l’une délicate et diplomate, cela doit être la Japonaise ? Un concentré de gentillesse et de délicatesse. L’autre, plus masculine, bougonne et timide, mais également adorable. Sûrement la Taïwanaise ? Au comptoir, on peut observer leur balai silencieux. Etonnamment, on les observe parler entre elles un français maladroit. (« Vous ne parlez donc pas japonais ou anglais entre vous ? », a-t-on envie de leur demander). Elles sont à elles seules un spectacle discret et sans emphase digne d’intérêt. L’ambiance sonore ? Une atmosphère chuchotante qui fait passer toute envie de parler fort.

Côté assiette, j’étais venue ici goûter le chirashi dont j’avais vu les photos sur Insta. Las, pour le riz « Il faut attendre 20 minutes. » Impatiente, je suis et je resterai, et aussi accessoirement intolérante au riz (si j’en mange trop, rougeurs cutanées et méchante envie de me gratter). « Pouvez-vous mettre de la salade à la place du riz ? », je demande timidement. La cuisinière renfrognée ne semble pas emballée (Je la comprends. Moi-même je n’aime pas changer les ingrédients des plats que je cuisine, de peur d’altérer leur saveur). Mais la serveuse nippone, toute en gentillesse, insiste auprès de sa consoeur. Ce sera donc un « oui » pour mon chirashi poisson-salade, tendance paléo. La cuisinière s’exécute, perplexe, se demande comment marier la salade au poisson et faire en sorte que sans le riz, l’assiette soit tout de même jolie. Elle pose une tranche de thon snacké, recule, attends, observe l’assiette, tel un maître devant sa toile. Aucune pose derrière tout ça, juste la volonté de bien faire.

AI HSU 2Mon chirashi personnalisé sans riz et bigarré

Mon assiette arrive. Colorée, fraîche et simple avec des ingrédients de qualité. Je me dis que c’est peut-être juste un peu cher. Chirashi 16€ le midi (le prix de la plus petite assiette est à 13€). Mais comme les prix sont les mêmes le soir, cette adresse chère le midi devient une adresse pas chère le soir.

Le goût ? Poisson frais, pimpant, oeufs de poisson volant plein de peps, salade bien assaisonnée. Simple et bon ! Attention, la sauce contient du soja. Mieux vaut donc demander une autre sauce, sans gluten. On évite aussi les udon – pâtes de blé – à la carte. Mais à part ça, la simplicité des produits utilisés ici fait du lieu une bonne adresse « sans » allergènes. Au fait, pas de dessert à la carte. Ca me va, moi qui suis un bec salé. Et puis comme disent les naturopathes, « Terminer un repas par un dessert sucré est très mauvais pour la digestion » !

Est-ce que j’y retournerai ? Peut-être, pour goûter aux autres plats (la carte est courte). Et pour la douceur de l’endroit, son atmosphère intime et la personnalité insolite de ce duo asiatique. Côté assiette, j’ai aimé sans être subjuguée. Il faut dire que près de Bastille, mon repaire inégalé pour manger sashimis et sushis, c’est, Icho

Aï Hsu. Comptoir taïwanais-nippon. 16 rue Saint-Sébastien 75011. Métro Saint-Sébastien-Froissart Tél. 09 53 92 51 31. Ouvert de 12h à 15h00 et de 18h30 à 22h. Infos sur la Page Facebook de Aï Hsu

 
.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Comment *