Voyager sans gluten

Test de Hank et ses « Hankburgers » Gluten Free et Vegan

by

mur.logo.hank.vegan

Voici un article écrit par Kevin, rédacteur du blog Monsieur Style, dans lequel il prodigue de judicieux conseils vestimentaires destinés aux hommes. J’aime beaucoup son bon goût, son écriture drôle, caustique et sans langue de bois. N’hésitez pas à aller visiter son blog Monsieur Style ! Voici son avis sur le burger vegan et sans gluten de chez Hank, à deux pas de Beaubourg…

Hank le meilleur burger Vegan et Gluten Free de Paris ?

Difficile de croquer dans un burger sans gluten dans la capitale, surtout au mois d’Août !

A part quelques enseignes comme Paris-New York, les amateurs de burgers intolérants au gluten n’ont pas grand-chose à se mettre sous la dent… Un drame pour le grand amateur de hamburger que je suis. Ce qui m’a valu 1 ou 2 fois de craquer et mordre dans un hamburger plein de gluten et de gras…. Je n’en suis pas fier et c’est pourquoi je me suis lancé dans une mission périlleuse : trouver le meilleur burger de Paris : sans Gluten, sans Lactose et Végétalien ! Mission difficile à accomplir car il n’y pas grand monde dans ce créneau et j’ai testé l’un d’entre eux : Hank Vegan Burger

Petite présentation rapide

Hank (contraction de « Have A Nice Karma ») a vu le jour en l’an de grâce 2013 dans un petit local, situé dans le marais. La jeune société avait dès sa création, l’envie de proposer un Fast Food Bio qui n’utiliserait aucune matière animale dans la liste de ses ingrédients. Après une campagne de levée de fonds on-line victorieuse, la jeune startup ouvre son restaurant ! A l’heure actuelle, elle est devenue une référence dans le Fast Food Vegan et une des rares à proposer un pain spécial sans gluten.

devanture-hank-vegan-burger-resize
La devanture du resto

 

Ames Sensibles s’abstenir !

Hank n’est pas un restaurant 100% Sans Gluten donc méfiance pour les Cœliaques et Hyper-Sensibles

 
.

La cuisine est petite et aucune précaution particulière n’est prise en ce sens. D’ailleurs Hank est parfaitement transparent là-dessus et l’indique sur son propre site web : Carte Hank.

interieur-resto-hank
La déco est sympa et cosy

Combien ça coûte ?

Hank aime la simplicité : tous les burgers sont au même prix (7€). Les 4 sont affublés d’un petit surnom rigolo « le Petit Nerveux », « La Catcheuse« , L’Allumé« , et le « Tata Monique« . Enfin j’ai oublié le petit dernier « le Touriste » dont la composition évolue constamment.

mur-hank-vegan
L’union fait la Force !

Pour chacun des « Hankburgers », il existe une alternative gluten-free en supplément (2€)  avec un pain (bun) sans gluten évidemment ! Soit 9€ le prix d’un burger spécial sans gluten. Il y a possibilité d’accompagner ce burger de délicieuses frites « BBB » (bio belges et bonnes) ou salades (3€) et de boissons évidemment (à partir de 2€). Bon allez je vous entends saliver, j’en ai fini avec les préliminaires : place à la dégustation de ces fameux « HankBurgers » sans gluten !

Je me suis rendu à 2 reprises chez Hank, la première fois j’avais pris un petit menu avec en guest star « le Petit Nerveux » et la seconde fois, je me suis laissé tenter par le « Touriste » qui était cette fois là à base de lait de coco..  «Monumentale Erreur!» dirait Schwarzy dans « Last Action Hero », ce burger est tout sauf une réussite… nous y reviendrons dans quelques lignes.

Décryptage du Bun sans gluten…

Le pain rend bien en apparence. Il est gonflé, moelleux et d’une jolie couleur orangée. J’ai goûté un certain nombre de Buns sans gluten et il fait partie de mon top 5 des meilleurs buns sans gluten de Paris. Même s’il n’égale pas le croustillant et le moelleux du spécial bun sans gluten de Paris-New York, il s’en sort plutôt pas mal.

 

Saucez-moi ça !

Venons-en aux sauces qui l’accompagnent. J’ai bien aimé l’assaisonnement du « Petit Nerveux » à base de coriandre. Même si les tortillas à l’intérieur n’étaient pas du tout indispensables à mon avis… Par contre, je serais loin d’être aussi enthousiaste avec « le Touriste » version « le Balinais », à base de lait de coco, cacahouètes et citronnelle. L’accompagnement ne fonctionne pas à cause du lait de coco : beaucoup trop liquide qui fragilise la structure du Burger. Résultat, le tout est humide et friable.

zoom-burger-le-balinais
« Le Balinais », l’Ennemi Juré des Pantalons Propres !

 

interieur-hankburger-le-balinais
Dissection du « Balinais », ici on voit clairement la structure humide et friable du burger à cause du lait de coco trop liquide

 

Ainsi j’ai eu énormément de mal à manger le burger sans m’en mettre partout et mon beau pantalon tout neuf… a aussi participé à la dégustation !

 

Et ce Steak Végétalien ?

Finissons sur le gros point noir de Hank : le Steak ! Avant de rentrer dans le détail, je tiens à préciser que je ne suis pas un grand fan des burgers végétariens/végétaliens à base de légumineuses ou seitan (ce dernier contient d’ailleurs du blé)… Je les trouve toujours terriblement sec et fades… malheureusement le steak bio vegan, composé de haricots rouges, protéines de soja, carottes et champignons ne m’a pas convaincu non plus : un peu trop sec et pâteux… ni les sauces, ni le supplément fromage Vegan (1,5 €) ne parviennent à rehausser l’ensemble… Dommage !

Verdict = 7/10

Constat mitigé pour ces Hankburgers : Bon, mais peut mieux faire !

ticket-hank-burger
Plus cher que Macdobe mais meilleur pour la santé

 

Pour finir sur une note positive, voici 5 raisons pour se rendre chez Hank :

1)      Le prix : (9€) pour un burger bio et sans gluten, ça reste raisonnable

2)      Les frites sont bonnes et ont le mérite d’être cuites au four et de ne pas baigner dans du gras…

3)      Les sauces et l’assaisonnement s’en sortent bien. la mayonnaise Vegan est une réussite

4)      La déco est sympa, l’espace est petit mais convivial

5)      Le personnel est sympathique et franc

Pour exemple : ils sont les premiers à reconnaître les défauts de leurs produits et ne cherchent pas à pousser le client à débourser des « suppléments » juste pour faire gonfler la note finale ! Et ça a le mérite de me plaire. Il n’est donc pas improbable que j’y retourne une prochaine fois ! Jamais 2 sans 3 comme on dit…

Enfin dernier très bon point, Hank est ouvert tout le mois d’août !

 

sac-hank-vegan-hurger

 

Hank, 55 rue des Archives,75003 Paris. Métro : 8 « Filles du Calvaire ». Horaires : Ouvert tous les jours de 12h à 22h. Téléphone : 09 72 44 03 99. Prix : Burger sans gluten : 9€. Accompagnements (« Sides ») : Frites, salades, accompagnement du jour : 3€

 

 

Café Cour, terrasse éphémère à découvrir en août…

by

CaféCour2

Essayé pour vous, l’autre soir… une terrasse éphémère parisienne, ouverte juste le temps de l’été. En effet, le Crédit Municipal de Paris a ouvert un bar éphémère en plein cœur du très hipster Marais, depuis le 1er juin. En association avec le groupe SOS, il accueille dans sa cour intérieure le premier café social et solidaire du Marais : le Café Cour.

Ce café est solidaire à double titre. D’abord, son menu du midi est étonnamment peu cher pour le quartier et pour le lieu. Ensuite, l’initiative de ce lieu éphémère revient à la mairie de Paris, qui était en quête d’un restaurant pouvant accueillir et employer l’équipe du « Café Monde et Médias » de la place de la République, qui a récemment été victime d’un incendie, équipe qui risquait de rater sa saison si elle restait en chômage technique. Le Crédit Municipal a donc proposé sa magnifique cour habituellement fermée au public. Serveurs et serveuses viennent ainsi tous du sinistré « Café Monde et Médias  » ! (Ils sont d’ailleurs tous absolument charmants.)

CaféCour4

On vient ici pour prendre son déjeuner (entre 12h et 14h30) et le soir, siroter un bon apéro. La mini-carte n’est pas spécialement Gluten Free mais on peut opter à midi pour une salade niçoise (7,80€) et une salade de fruits (4,40€). Les recettes sont variées et fraîches, avec des produits bio, issues du commerce équitable. Tout ceci à des prix raisonnables. Pour un repas estival, c’est parfait. Côté boissons, on sert thés, cafés, jus de fruits mais également cocktails variés et vins bio.

CaféCour3

Le lieu est exceptionnel. Le Café Cour dispose en effet d’une très belle terrasse de 150 places, située dans une cour historique et classée. Chaises longues, parasols, sublime cour du XIIIe siècle, terrasse ensoleillée et petits prix, que demander de plus ?

Café Cour. Bar éphémère du Crédit Municipal de Paris. 55-57, rue des Francs-Bourgeois 75004 Paris. Métro Rambuteau ou Hôtel-de-Ville. Ouvert tous les jours jusqu’au 27 septembre 2015. Horaires : Dimanche-Mercredi : 12h-21h. Jeudi au samedi : 12h-23h.

 

Atelier culinaire pour enfants 100% sans gluten

by

C’est l’été, le moment idéal pour prendre son temps et cuisiner… L’autre jour, une ribambelle d’enfants étaient à la maison pour confectionner de bons gâteaux. Ils ont fait un gâteau au chocolat 100% sans gluten, adapté du « gâteau au chocolat de Nathalie » de Trish Deseine. J’affectionne particulièrement les recettes avec peu d’ingrédients. Lorsqu’il faut remplacer la farine de blé par de la gomme de guar ou de xanthane et un mélange de 4 farines différentes, cela me décourage à l’avance. Nous avons donc fait 2 recettes où la farine était avantageusement remplacée par… de la poudre d’amande. Pour Clémentine, je voulais une recette de gâteau aux agrumes, qu’elle pourra transformer en gâteau aux clémentines, dès l’automne venu. Nous avons fait un gâteau à l’amande et à l’orange, que j’ai appelé « Le gâteau aux agrumes de Clémentine ».

Recette 1 : « Gâteau au chocolat de Nathalie » sans gluten

IMGP0440
Peu d’ingrédients : chocolat, beurre, sucre, oeufs, poudre d’amande

                Ingrédients :

 200 g de beurre

200 g de chocolat noir pâtissier

100 g de sucre en poudre

5 oeufs bio

Une c à s de poudre d’amande

 

 

Faire fondre au bain marie le beurre et le chocolat coupés en morceau.

Retirer du feu et ajouter le sucre en poudre. Laisser refroidir quelques minutes avant d’ajouter les oeufs un par un, en remuant vigoureusement avec un fouet.

Ajouter la cuiller à soupe de poudre d’amande et mélanger.

Incorporer la pâte dans un moule à manquer beurré et enfourner 22 minutes. Le milieu du gâteau peut être encore tremblotant, à la sortie du four. Laisser refroidir, puis démouler. Conserver au frais, en attendant de servir.

J’adore la simplicité de ce gâteau ! Les enfants se sont tous rués sur le saladier pour lécher le reste de l’appareil au chocolat.

Clémentine et Lahora
Après l’effort, le réconfort !
On en veut encore !

 

 

 

 

 

 

 

 

Résultat… Un gâteau fondant à souhait !

IMGP0449
Le fondant au chocolat de Nathalie… Gluten Free !

 

Recette 2 :  « Gâteau aux agrumes de Clémentine »

           Ingrédients

 

300g d’amandes en poudre                        IMGP0441

150g de sucre en poudre     

4 oeufs    

4 cuillères à soupe de fécule de pomme de terre

le zeste et le jus de 3 oranges bio    

 

Préchauffer le four à 180 degrés (th. 6)
 
Beurrer le moule.
Séparer les blancs des jaunes.
Battre les jaunes et le sucre jusqu’à ce que le mélange blanchisse.
Incorporer la fécule, la poudre d’amandes,  le jus de 2 oranges et les zestes de 3 oranges.
Monter les blancs en neige et les incorporer délicatement à la préparation.
Verser dans le moule et enfourner environ 45 minutes jusqu’à ce que le gâteau soit doré et ferme.
A la sortie du four, arroser avec le jus d’orange restant.
Démouler sur une grille puis laisser refroidir avant de saupoudrer de sucre glace.

Pour cette recette, Lahora et Clémentine ont coupé les zestes d’orange à l’ancienne : à la main !

IMGP0446

Le gâteau aux agrumes de Clémentine
Clémentine devant son gâteau aux agrumes

Enfants émerveillés face à leur création…

IMGP0450
Enfants émerveillés…

 

IMGP0451
Enfants affamés !

Merci à tous les petits pâtissiers en herbe pour leur joyeuse participation !

Cuistots en herbe
Les cuistots : Emna, Lahora, Clémentine, Sandro et Ismaïl

Astuces pour voyager Gluten Free

by

LégumesUn petit post destiné à toute personne ayant l’intention de voyager et désirant limiter, réduire ou éliminer le gluten et le blé de son alimentation estivale. Voici quelques astuces qui faciliteront votre voyage…

Pour les allergiques et les intolérants, savez-vous que la compagnie aérienne Swiss est devenue la première au monde à être certifiée « allergy friendly » ? Elle propose depuis le mois de mai 2014, au sol et en vol, des produits destinés à améliorer le confort des personnes allergiques et intolérantes pendant leur voyage, notamment une sélection alternative de menus et de boissons sans lactose ni gluten. Des détails, par ici.

Si vous prenez le train, la SNCF offre peu de choix, (quelques biscuits « Les recettes de Céliane »), prévoyez toujours un en-cas, pour un éventuel petit creux ou si le trajet est long. Fruits, biscuits sans gluten, gâteaux fait maison…

Et sinon, comment voyager sans être embêté par son intolérance ? Tout d’abord, il faut anticiper !

« Je veux du pain ! » Vous ne pouvez vous passer de pain ? Si vous êtes à Paris, vous avez de la chance… Avant de partir, vous pouvez faire le plein de provisions au Chambelland, chez Thank You My Dear, Noglu, Helmut Newcake ou encore La Maison du Sans Gluten. Tous proposent du pain, que vous pourrez emporter dans votre valise. Vous pouvez aussi vous rabattre sur le pain Schär, beaucoup moins bon mais qui peut être une alternative, si vous êtes « bread-addict ». Vous pouvez aussi acheter une boîte de Pain des Fleurs, pour être sûr d’avoir de quoi prendre un petit déjeuner Gluten Free.

« Je ne peux me passer de pâtes ! » Alors achetez-en avant de partir ou assurez-vous que vous pourrez acheter des pâtes sans gluten (pâtes de riz, de maïs, de lentilles corail) dans votre lieu de villégiature (Naturalia, Biocoop, Bio C Bon). 

Mais le meilleur moyen de ne pas craquer sur les produits sans blé est sans doute de profiter des légumes et des fruits, qu’on trouve à foison sur les étals des marchés.

« Je ne sais pas quoi manger au petit déjeuner. » L’idéal est de prendre un petit déjeuner salé et protéiné. Cela permet de partir du bon pied en évitant les coups de mou. Exemple : galette sarrasin-jambon, pain des Fleurs-saumon-avocat, pain sans gluten-oeuf au plat. Si les petits déjeuners salés ne sont vraiment pas votre tasse de thé, optez pour des fruits et des céréales, mais vous aurez alors sans doute faim 2 heures après votre petit déjeuner !

Pour le déjeuner et le dîner, on a l’embarras du choix ! Les restaurants asiatiques sont toujours une bonne option. Mais rappelez-vous ces quelques conseils… Conseils : quand je vais au restau asiatique... Sinon, les steacks-frites et salades sont permis, ainsi que le poisson, tous les légumes, le riz…

Et pour le goûter ? Un bon fruit, cerises, melon, pastèque, pêche, fera l’affaire. Et chez le glacier… On oublie les cornets, on mange la glace en pot. Pour les intolérants au lactose, on se rabat sur les sorbets.

Pour l’apéro, difficile de ne pas craquer sur les bruschettas, les pizzas, pissaladières. Si vous avez peur de craquer, commencez par manger des fruits et des crudités. Quand on a l’estomac plein, on résiste mieux ! Les chips sont en principe permises, (lisez bien les étiquettes pour en lire la composition exacte). Et sinon, évidemment, le mieux est de cuisiner !

Si vous vous déplacez en Italie,  sachez que l’offre « Senza Glutine » y est variée et délicieuse, le pays connaissant un taux élevé d’intolérants au gluten (sans doute du fait de l’omniprésence des pâtes et pizzas dans leurs assiettes). Vous lisez l’italien ? Voici un site qui pourrait vous intéresser… Coeliaques en Italie

Une ville comme Berlin offre aussi bons nombres de spots « Gluten Frei », les Allemands étant branchés bio et cuisine saine depuis des lustres. Voici un lien qui répertorie les lieux Gluten Frei : Gluten Frei Berlin.

Et si vous vous rendez à Londres, le « Gluten Free » est aussi de mise. Voici un article qui pour vous… Restaus Gluten Free In London.

Pour des conseils d’ordre général, la marque Schar a concocté un site très bien fait : Gluten Free Roads.

Quel que soit l’endroit où vous allez, vous trouverez sans doute un site dédié aux bonnes adresses sans gluten. Alors, régalez-vous et passez de bonnes vacances !

Pour les plus sensibles et les personnes coeliaques, il est conseillé de suivre les recommandations de l’AFDIAG.

 

 

Retrouver l’insouciance alimentaire  le temps d’une semaine… sans gluten.

by

Olive

La semaine dernière, j‘ai reçu un mail de Coline, 22 ans, me disant qu’elle désirait livrer son témoignage sur les colonies de vacances organisées par l’AFDIAG, dont elle a bénéficié, enfant. Je tiens à dire que moi-même, je ne suis pas membre de l’AFDIAG, mais je trouve le témoignage de Coline intéressant. Le voici donc…

Je m’appelle Coline, je mange sans gluten depuis bientôt 20 ans, et j’ai à cœur de vous parler de ces semaines sans gluten qui ont radicalement changé ma façon de vivre mon régime.

Dans les jours suivant le diagnostic d’un intolérant au gluten, on assiste systématiquement à la perte de son insouciance. Il s’agit de son insouciance  alimentaire, celle qui lui permet d’accepter le goûter de son voisin dans la cour de récré, ou d’accepter sans hésiter une invitation à dîner. Permettre à des coeliaques de retrouver cette insouciance est le défi que s’est lancé l’AFDIAG depuis plus de 10 ans. Chaque année, entre juillet et août, l’Association Française des Intolérants au Gluten permet à des dizaines de jeunes, d’adultes et de familles de venir passer une semaine de vacances dans un gîte montagnard 100% sans gluten.

 « Pourquoi tu manges pas comme nous ? »

A 2 ans, après plusieurs semaines de dénutrition progressive et d’arrêt de ma croissance, j’ai été diagnostiquée coeliaque. Mes parents ont tout de suite adhéré à L’AFDIAG, en quête d’informations sur cette maladie, alors très peu connue, et carrément pas aussi fashion qu’aujourd’hui. Ils ont toujours fait en sorte de ne jamais me priver de ce dont pouvaient profiter les autres enfants. J’allais aux anniversaires… avec ma part de gâteau et mes bonbons; je mangeais à la cantine… en apportant mon repas; je partais en colonies de vacances… avec une deuxième valise remplie de nourriture, à remettre au cuisiner en arrivant. Malgré tous leurs efforts, on m’a toujours demandé « Pourquoi tu manges pas comme nous ? »

Puis l’adolescence est arrivée, avec son impérieux besoin de se sentir intégrée, comme tout le monde, « normale ». Avec le besoin de se rebeller contre ses parents aussi. Braver l’interdit, pour certains, c’était sécher les cours, fumer, boire. Pour moi, c’était manger un Kinder Bueno. Je vous l’accorde, ça prête à rire.

Et puis, à 14 ans, je suis partie avec l’AFDIAG. « Une semaine de colonie de vacances sans gluten », m’avait dit ma mère, mais sur le papier, il y a marqué « stage d’éducation nutritionnelle ». Ouh là, ça sent pas bon, ça ! En plus on m’a dit d’apporter un cahier…  En arrivant, je trouve des enfants qui mangent les mêmes gâteaux « bizarres » que moi, et des animateurs qui nous expliquent qu’eux non plus ne mangent pas de gluten. J’ai du mal à y croire. Devant un plat de pâtes, au dîner, je me souviens m’être levée pour signaler au cuisinier que les pâtes contiennent du gluten, et voir s’il ne pouvait pas me cuisiner autre chose.  Comme tous les autres, je n’en revenais pas !

Salade

Un peu plus qu’une colonie de vacances

Le premier soir, les discussions sont un peu différentes de celles d’une colonie de vacances normale : « Tu manges pas de gluten depuis quand, toi ? » « C’est quoi, tes gâteaux préférés ?  » Et deviennent rapidement intimes  « C’est quoi, le pire truc qu’on t’ait dit sur ce que tu mangeais ?» (Moi, on m’a dit que ça ressemblait à des croquettes… pas cool.)

La formule pensée par l’AFDIAG pour les enfants est à mi-chemin entre éducation et récréation : le matin, entre 2 et 3 heures de cours pendant lesquelles des médecins nous apprennent à lire les étiquettes des produits du quotidien, et nous montrent comment le gluten agit dans notre organisme. On peut poser toutes les questions qu’on veut, en toute confiance car on sait que tous les autres sont passés par les mêmes étapes. L’après-midi, des jeux, du sport, des ateliers comme dans toute colo classique, avec en bonus des ateliers cuisine, quand même.

Ma « semaine détox » avant la rentrée  

Cette année, à 22 ans, après avoir participé à ces stages en tant qu’enfant puis animatrice, je pense profiter de cette semaine autrement. Pour les jeunes de 18 à 28 ans, l’AFDIAG propose une formule en toute détente, sans activités organisées. On a juste à se rendre au gîte, et vivre la semaine comme bon nous semble, sans avoir à se soucier une seconde de notre régime. Comme le gîte est en pleine montagne (village de Chabottes, Hautes-Alpes) je vais en profiter pour faire des randonnées, courir, méditer. Ce sera ma « semaine détox » avant la rentrée !

Le gîte accueille aussi des familles, dont l’un des membres est coeliaque. Le soir, les repas se prennent tous ensemble : jeunes, moins jeunes, familles, médecins… Ca nous fait sentir comme en famille, surtout quand on se retrouve d’une année sur l’autre.

Alors, vous venez ?

 

Manger sans gluten en Norvège sans exploser son budget !

by

Oslo

Une fois n’est pas coutume, voici un article écrit par un blogueur que j’adore, Kevin Fassio. J’aime les posts de son blog, Monsieur Style, où il décrypte les tendances vestimentaires masculines avec humour et acuité. Fan de cuisine, il adore tester de nouvelles recettes sans gluten et sans lactose. Parti en Norvège il y a quelques semaines, il est revenu avec un article riche en informations pour toute personne désirant y séjourner, tout en mangeant gluten et/ou lactose free. Voici son post…

La Norvège est connue pour être un pays cher. 2e pays le plus cher au monde et Oslo (la capitale), 3e ville la plus chère après Paris. J’ai séjourné une semaine  en Norvège au mois de mars et je confirme que c’est le cas !

Dès mon arrivée à l’aéroport, je me suis vite rendu compte des prix vertigineux. Plus d’un euro pour une simple banane… Des sandwichs dans les 5 ou 6 euros…  Gloups ! Alors je vous laisse imaginer le prix si vous le choisissez sans gluten et, soyons fous,  sans lactose ! Un comble, vous me direz, dans un pays qui aime le pain, le vin la bière et le fromage… un peu comme la France, quoi ! Vous l’avez compris, l’intolérance au gluten et au lactose ne va pas vous faciliter la tâche et votre porte-monnaie va en faire les frais.

Enfin, rassurez-vous, il existe des moyens pour manger bon, pas trop cher et sans gluten, of course ! Dans cet article vous allez découvrir quelques petites astuces pour consommer sans gluten. Lieux, adresses avec un bon rapport qualité-prix et les erreurs à éviter pour ne pas faire exploser votre compte en banque.

Où manger bien, pas cher et sans gluten ?

Et si je vous disais que j’ai réussi à manger à ma faim sans casser ma tirelire et en respectant mon régime sans gluten et sans lactose ? Bon, je confesse un petit écart au restaurant pour un hamburger fait maison (mais bon ça reste entre nous).

Mes astuces ?

1) Evitez les restaurants !

Les restaurants traditionnels sont hors de prix. Pendant les deux jours de mon séjour à Oslo, j’ai vécu comme nos ancêtres chasseurs-cueilleurs, me nourrissant de bananes, pommes, dates, avocats et oléagineux. Ce mode de consommation « paléo » a de nombreux avantages : faible coût, riche en énergie et rapide à digérer. Une valeur sûre quand on est dans un environnement inconnu et on évite en bonus le fameux coup de barre du midi… D’ailleurs si vous avez besoin de recharger les batteries, je vous conseille ces mini barres énergétiques bio, à base de fruits et noisettes  : « Raw Bite ».

raw-bite

En plus, leur composition est parfaitement saine : ni sucre ajouté, ni produit chimique, ni additif.

2)      Achetez en supermarché et cuisinez vous-même !

La meilleure astuce est d’acheter sa nourriture en grande surface et de cuisiner. Un conseil : oubliez le bio et les bons produits locaux. Tournez-vous vers les enseignes low cost. Je n’ignore pas le risque de consommer des pesticides mais pas de panique, je vais vous indiquer aussi l’adresse la plus top et bio d’Oslo ! A Oslo vous trouverez énormément de supermarchés et les prix varient du simple au double, même pour des produits bruts comme les bananes. Exemple dans un supermarché, la banane seule coûtait 10 NOK (couronnes Norvègiennes) = 1,164 €. Alors que pour le même prix, j’en ai eu 2 chez « Kiwi » (supermarché low cost)  pour 12 NOK. Soit la banane à 6 NOK = 0,69 €. Les supermarchés ont leur rayon sans gluten, parfois sans lactose et j’ai même vu quelques produits vegan sans œuf. Ainsi vous trouverez une partie des produits et marques que vous consommez habituellement (Schär, Schnitzer, Valpiform…), mais avec un prix plus élevé que chez nous.

Où faire ses courses ?

Les adresses low cost les plus avantageuses sont « Kiwi »,  « Rema 1000 », « Bunnpris ». Hormis le prix, elles ouvrent tôt (8h) et ferment tard (10 ou 11h). Si vous cherchez le supermarché le moins cher de Norvège, direction « Kiwi » !

logo-kiwi

Bon il n’y a pas que les supermarchés low cost et j’ai trouvé 3 adresses très intéressantes pour acheter ses fruits et légumes :

1)     Epicerie exotique  Sultan Marked AS   = Helgessens Gate 18, 0553 Oslo.

Un magasin avec une grande profusion de fruits et légumes. Possibilité d’acheter en vrac amandes, noix, noisettes à des prix raisonnables.

sultan-marked

2)     Nor Daglivarer Import AS, storgata 34, 0182 Oslo

L’endroit ne paie pas de mine mais je vous encourage à franchir le pas de la porte. C’est une vraie caverne d’Ali Baba pour les amateurs de fruits et légumes ! Les avocats étaient à un prix encore plus avantageux que dans les marchés français. 5 NOK  pièce  pour un gros avocat. Soit 50 centimes d’euro environ. Verdict : Je me suis régalé, avocats juteux et mûrs à souhait. Le kilo de bananes était aussi très bon marché = 8 NOK  = 1,02 €.

nor-daglivarer

3) Rotter Naturprodukter AS, Ullevalsveien 39, 0171 Oslo

Cette adresse est mon coup de cœur. Grande épicerie bio (similaire à Naturalia ou Biocoop) avec de nombreux produits sans gluten et lactose. Vous ne serez pas dépaysé : tous les produits dont vous avez besoin sont là mais l’excellence a un prix. Sans hésitation, la référence du bio à Oslo !

rotter

Où acheter son pain ?

Comme les Français, les Norvégiens sont de grands amateurs de pain et de fromage. Problème, les boulangeries « cent pour cent sans  gluten » n’existent pas. Heureusement, certaines boulangeries proposent des pains sans gluten. Et les marques classiques (Schär, Valpiform…) pullulent en grande surface. Par contre, je vous mets en garde sur le « Knekkebrød » qu’on appelle chez nous, le pain « Waza ». Il est terriblement sec et fade…

knekkebrod

 

Les restaurants Gluten Free (glutenfri)…

De nombreux restaurants comprennent des plats sans gluten à Oslo mais il n’existe pas à ma connaissance de restaurants « cent pour cent sans gluten ». Comme à Paris, vous trouverez votre bonheur dans les restaurants asiatiques (importante communauté thaïlandaise) et indiens qui ont l’avantage d’être généreux et bon marché. Pour cela, direction Grünerlokka. Quartier bohème et animé où se côtoient resto asiatiques, cafés, bars et vendeurs de kebabs.

1)      Noodle Pie, Grüners Gate 9, 0552 Oslo

Une adresse asiatique pas chère, cadre minimaliste et possibilité de manger sur place ou à emporter. Les plats vont de 100 à 140 NOK (11 à 16 euros).

2)      Curry & Ketchup, Kirkeveien 51,0368 Oslo

Ce restaurant indien est connu  pour être l’un des moins chers d’Oslo. Je ne l’ai pas testé mais d’après ce que j’en ai entendu, il jouit d’une bonne réputation et autre bon point : il sert à toute heure de la journée. Les plats vont de 90 à 120 NOK (10 à 13 euros). Evidemment, soyez particulièrement vigilant si vous êtes cœliaque et ne supportez pas la moindre trace de gluten dans votre assiette. Rien ne dit que les précautions relatives au sans gluten sont suffisamment strictes.

Les fast-foods

Si vous êtes amateur de ce genre de cuisine, vous allez trouver votre bonheur. En effet, les MacDonalds, Burger Kings, Hard Rock Café, proposent des pains sans gluten. Idem pour les grandes chaînes de pizzerias comme Peppe’s Pizza, Dolly Dimple’s Pizza qui ont certaines pizzas avec des pâtes sans gluten. Le seul fast-food que j’ai testé m’a laissé un très mauvais souvenir : Peppe’s Pizza

 peppe-pizza

Alors là, je ne vais pas être tendre mais de ma vie, j’ai rarement goûté une pizza aussi fade ! Pour vous resituer tout ça, Peppe’s Pizza est l’équivalent de Pizza Hut en France. C’est-à-dire de la pizza industrielle sans saveur. Le seul intérêt de Peppe’s Pizza est que certaines comportent une alternative sans gluten. C’est ainsi que poussé par mon amie et par ma faim, je suis entré dans ce temple de la malbouffe et testé cette fameuse pâte sans gluten. Fade, insipide, dépouillée sont les mots qui me reviennent quand je repense à mes premières bouchées. Au final, 50 euros pour 2 pauvres pizzas (une classique à 20 € et une sans gluten à 28 €) le tout accompagné d’un pauvre jus de pomme… Franchement, ça ne vaut pas le coup !

Pour conclure :

La Norvège est un pays magnifique pour tous les amateurs de nature et de beaux paysages. Pour la gastronomie, vous ne trouverez rien de transcendant. Le pays semble être sensibilisé à l’intolérance au gluten et apte à répondre aux besoins des intolérants et cœliaques. Mais assez bizarrement, on ne trouve pas réellement de boulangerie ou de restaurant sans gluten spécifiques. Dommage … Si vous ne supportez ni poisson, ni viande, ni pain, ni  fromage vous risquez de déchanter !

Heureusement il vous reste les fruits… « Mangez des pommes ! » comme disait l’autre…

Kevin Fassio, Blogueur et Personal Shopper, tient un blog de mode masculine qu’il a créé en 2014 afin d’aider les hommes à trouver leur style, » sans se prendre la tête » :  Monsieur Style.


Une journée d’été sans gluten et sans peine…

by

Manger sans gluten et sans allergène signifie souvent beaucoup cuisiner, redécouvrir de nouvelles recettes, se creuser la cervelle pour bien manger. Aussi, quand on tombe sur de bons produits déjà prêts, c’est une véritable aubaine. C’est encore l’été, et je préfère profiter des derniers jours de soleil, plutôt que de passer mon temps en cuisine. Alors voilà comment se passe une journée gourmande, sans stress… et sans gluten !

Je me prépare une galette de sarrasin avec du jambon, et quand je veux un petit déjeuner sucré, j’avale un bon café et des « Honey Balls », de la marque Proceli, arrosées de lait de soja.

Au déjeuner

Une salade et des spaghettis de la marque Céliane Spaghetti bio, agrémentées d’une sauce bolognaise maison…

Spaghettis bolognaise
Goûter…

Vous connaissez la marque « Generous » ? Eh bien, moi, je l’ai découverte cet été et j’ai été littéralement conquise, notamment par « Céline Citron », un remarquable sablé citron à la taille mini et au délicieux goût beurré, légèrement citronné. Fait avec de la farine de sarrasin, il est croustillant sans être friable, et je vous le recommande vivement pour le goûter. Ingrédients : farine de sarrasin, farine de tapioca, fécule de pomme de terre, beurre, sucre, citron.

Generous-2

A l’heure de l’apéro…

Je n’aime pas l’apéro, j’adore ça ! Pour un apéro express : je choisis la bière sans gluten  Brunehaut qu’on peut acheter en ligne sur le site http://www.noglutenshop.com. Sur la table, des gressins Schär avec un bon tarama sans lactose et les crackers Lentil Crackers Sea Salt, agrémentés de tapenade ou de houmos. Temps de préparation : 3 minutes.

Et pour le dîner…

On va tous au restaurant pour profiter des derniers jours de vacances !

Tous ces produits se trouvent dans des magasins bio et, bonne nouvelle, un nouveau site vient d’éclore : http://www.noglutenshop.com, site qui ne vend que des produits sans gluten, comme son nom l’indique ! La gamme de produits est variée et s’étoffe de jour en jour, et vos courses sont livrées à domicile !

 

 

La recette de la socca : sans gluten, sans lait, sans oeufs !

by

mini-soccas
Mini soccas, boudin noir, tomates cerises, cébettes, basilic

Je vous avais promis la recette de la socca. Eh bien, la voici ! Elle est hyper simple, inratable, sans gluten, sans lait et sans oeuf. Autrement dit, idéale pour un apéro improvisé, un soir d’été sur la Côte d’Azur (ou ailleurs !) Accompagnées d’un cocktail rosé-pomelos, ces mini-soccas vont faire fureur ! La farine de pois chiche s’achète sur les marchés de la région niçoise ou dans les magasins bio.

                           Recette des mini soccas :

Préparation : 5 mn. Cuisson par crêpe : 4 minutes.

250 g de farine de pois chiches – 50 cl d’eau – 2 cuillères à soupe d’huile d’olive – sel et poivre

Mélanger au fouet la farine de pois chiche et l’eau. Ajouter l’huile d’olive et le sel. Laisser reposer 1 heure. Faire revenir les mini crêpes dans une poêle et les faire bien griller. La vraie socca se fait dans un four à bois, sur une grande plaque ronde, mais tout le monde n’a pas de four à bois chez soi, alors on peut opter pour une poêle à crêpe !

Ensuite, on a le choix : on peut manger la socca nature, bien poivrée (de façon traditionnelle), ou garnie de ce qu’on aime : légumes, aiguillettes de canard, herbes fraîches. Sky is the limit!

Gluten Free In Cannes : « Socca’nnes »

by

Avec ses nombreuses pizzerias, ses pissaladières, ses pâtes à toutes les sauces, la Côte d’Azur est une région où le blé est omniprésent. Mais il ne faut pas oublier que la région niçoise a une botte secrète : la farine de pois chiche. Car pour les Italiens et Niçois proches de la frontière, le pois chiche a traditionnellement été la base de nombreux plats, tels que la socca ou la panisse.

Justement, la socca, parlons-en ! C’est une très bonne alternative aux crêpes salées. Aujourd’hui, au marché Forville, voici la pancarte sur laquelle je suis tombée :

IMGP0428
Pancarte « Socca Sans Gluten »

J’en ai profité pour interviewer les propriétaires de cet étal, Barbara et Thomas Pietri. Friands de la socca du marché d’Antibes, et encouragés par leurs enfants, ils se sont un jour mis en tête de proposer de la socca sur le marché Forville de Cannes. Qu’à cela ne tienne, ils ont acheté un four et les voilà lancés dans cette belle aventure, depuis 1 an. Dans leur four n’entre que de la farine de pois chiche. Une garantie, pour toute personne sensible au gluten.

La socca fait partie d’un ensemble de plats populaires, locaux et typiques, constituant un socle de ce que l’on appelle la « cuisine niçoise » ou par extension « cuisine provençale ». Ces plats sont consommés dans des conditions de service similaires. Pour Nice, on peut citer le pan bagnat, les petits farcis, les beignets de fleurs de courgettes ou la pissaladière. Ils figurent d’ailleurs souvent côte à côte sur les cartes des échoppes et restaurateurs qui les proposent et peuvent parfaitement être associés au sein d’un même repas. Si certains de ces plats peuvent figurer aux cartes de bonnes, voire de grandes tables régionales, la socca elle, sauf exception, n’en fait généralement pas partie : elle reste associée à une consommation rapide et populaire.

La socca se déguste chaude, si possible juste à la sortie du four, souvent accompagnée de poivre et sans l’aide de couverts. Ses qualités gustatives proviennent d’une double sensation née de son mode de cuisson : à la fois croustillante et craquante (sur sa surface saisie au-dessus) et très moelleuse au-dessous. Si la socca se mange traditionnellement nature, on peut aussi y ajouter sa touche personnelle (oignon, basilic, poivron, tomate). Chez Socca’nnes, la savoureuse part de socca coûte 2,50 euros et les 500 g de farine de pois chiche, 5 euros. Dans le prochain post, une recette de socca à faire chez soi !

IMGP0426
Barbara et Thomas, Socca’nnes

 

IMGP0424
La socca du Marché Forville

Inspiration provençale : salade simplissime de tomates

by

C’est les vacances et Gluten Free In Paris se déplace pour quelques jours… à Cannes ! La Côte d’Azur n’est guère le paradis du sans gluten, mais avec tous les légumes et fruits dont regorgent les étals de marchés, il y a de quoi faire sans trop se creuser la cervelle. Un des lieux cannois que je préfère est sans doute le marché Forville, situé tout près de la vieille ville. Ce marché coloré accueille maraîchers et pêcheurs locaux. C’est un des seuls endroits de la ville à avoir su garder un semblant d’authenticité, loin du clinquant de la Croisette, de la vulgarité bling bling des magnats russes, des rolls friquées des arrivistes qataris et des pseudo starlettes surbotoxées… Mais revenons à nos moutons. J’adore donc le marché provençal Forville et me voici revenue aujourd’hui les bras chargés de victuailles. Entre autres, ces quelques légumes et herbes fraîches…

Retour de marché
Retour de marché, tomates multicolore

Cela m’a inspiré une recette simplissime de tomates. L’idée : on joue avec les couleurs, on ajoute une pointe de basilic, des feuilles de persil et d’épinards, un pincée de roquette, des olives niçoises, des Lucques, des rondelles d’oignon rouge… Et le tour est joué ! Pour la sauce, un filet d’huile d’olive agrémenté de sel et de poivre fera l’affaire.

IMGP0405
Salade tomates, olives, persil, basilic, oignons rouges

 

Epluchures
Chips de tomates

Le soir, pour l’apéro, j’ai gardé des épluchures de tomates, y ai ajouté un peu de féta, de l’huile d’olive… Et après un petit tour de 15 minutes sous le grill, voici des chips d’épluchures de tomates du plus bel effet. Ca vous dit ? Bon appétit !

Marché provençal Forville. Place du Marché Forville. 06400 Cannes. Ouvert du mardi au vendredi de 7h à 13h.